Journal

15
Jul.
jazz, musicien, portrait

Claude est mon prof. de Ukulele depuis 2 ans.

Nous avons sympathisé très vite malgré notre écart de génération. Claude ne se contente pas de dispenser des cours de musique ; non. Il est diplômé de la prestigieuse Swiss Jazz School de Berne, compose, chante, arrange, joue en groupe, en solo, orchestre avec maestria des groupe de Gospel... C'est un artiste.

Si ma passion pour le Ukulele n'est pas à la hauteur de mon jeu, c'est sur d'autres cordes que nous avons développés des atomes crochus. Aussi lorsque Claude m'a parlé de son nouvel album, cela cadrait complètement avec une nouvelle série que j'ai commencé sur les musicien et la relation qu'ils entretiennent avec leur instrument. J'ai décidé de créer la jaquette de son nouvel album (photo & design).

Ce nouvel album, intimiste, est un homage au Negro Spiritual. Claude a revisité des classiques en y ajoutant une guitare acoustique ou un ukulele, ainsi que ses influences, tout simplement. Je ne m'attarderais pas sur les aspects techniques, mais plutôt sur le process. Donc... Pour retrouver toute l'énergie de ces racines nous avons décidé de partir sur du noir et blanc et des contrastes forts.

J'ai dû chercher de la matière à réflexion dans les visuels de l'époque... Pochette de vinyles, tracts publicitaires, affiches de concert, illustration... Mais aussi les sons originaux. Je voulais m'imprégner de ces racines, de cette histoire, pour traduire ces influences dans l'hommage de Claude à ce style musicale. Il a fallu moderniser bien sûr. Mais l'ambiance simple, épurée et classieuse devait être mise en avant.

Je devais donc penser monochrome, et intégrer une autre contrainte. Si le format carré de la pochette est logique, il fallait avoir en tête un ratio de 2:1 pour avoir une photo couvrant les deux faces du produit ; incluant de nombreux espace "vides" pour y insérer du texte.
Un format panoramique donc.
Il fallait adapter la définition de l'image pendant la séance.

Pour réaliser cette seul et unique photo, il fallait trouver un lieu qui s'y prête bien, avec un espace suffisant, peu de passage et une lumière contrastée. Je suis donc parti en exploration dans l'un de mes quartiers favoris de Genève, le quartier des grottes, qui historiquement et culturellement insufflera quelque chose de plus dans cet album intitulé Spiritual Solos.

J'ai d'abord choisi ce lieu pour son collage représentant une migration de personnes au mines perplexes. Comme l'ont été les esclaves Africains déportés au XVIIème siècle. Je pouvais donc donné du caractère à mon image en lui donnant un nouveau niveau de lecture, et un soupçon d'actualité.

Pour ce deuxième lieu, je souhaitais avoir un contraste végétal, avec un fond urbain intemporel... Un rappel aux champs de coton et ses maisons de maître.

Je me réserve toujours du temps supplémentaire pour trouver un nouveau lieu pendant la séance, en fonction des conditions météos et de l'humeur du moment. D'ailleurs pour prévoir ma lumière j'utilise les éphémérides, qui m'aideront aussi à estimer la qualité et la quantité des ombres présentes.
Rendez-vous est fixé un lundi à 17:45.

Nous commençons par le premier lieu, qui se révèle complètement dans l'ombre... Nous aurions du arriver 10 minutes plus tôt. Mais si je voulais une lumière naturelle, j'ai prévu un flash pour ajouter ponctuellement de la lumière et augmenter le contraste sur cette série d'images.

Sur cette deuxième série, "nature", le flash était de rigueur car je souhaitait assombrir le feuillage qui bénéficiait de la réverbération des immeubles environnants, et mettre en lumière mon ami musicien.

Peu convaincu par ma prestation - la lumière - le lieu (trop bucolique ou trop urbain), nous décidons de pousser plus loin.
Nous traversons un parc, la cours d'une école, et marchons jusqu'à la lisière d'un parc offrant un mur usé, vieilli par le temps et la météo ; envahi de lierre et abrité sous les chênes...

Ce sera le "lieu qui fait ma photo". Si les deux premiers sets ont été repérés, le travail en amont sur l'ambiance que je souhaitais avoir m'a permis de gérer au mieux ce nouvel espace. Sous 31°c à l'ombre, un lundi à 19:30, il fallait faire vite pour économiser nos forces et profiter de la lumière présente (qui dura 10 minutes).

La séance dura 2h. Les préparatifs prirent 10h. L'editing se fera avec Claude, devant les 350 photos réalisées, ce avant de passer en post-production et réaliser la pochette de son album.
Un réel moment de bonheur, d'amitié.

Pour m'aider dans mes préparatifs, j'utilises deux apps : Pindrop qui me permet de référencer les lieux que je visite par intéret, et bien sûr les partager... et Sun Surveyor qui m'offre la possibilité de voir et prévoir la lumière (température, longueur des ombres,etc...) dans n'importe quel lieu du globe.
- Amusez-vous bien!